Sainte Catherine PDF Imprimer Envoyer
LA COMMUNE - Patrimoine

 

 

La présente statue a été retirée en juillet 1951 du pignon d’un bâtiment de service du presbytère d’Olivet, sur la face Nord, où elle était enfermée dans la maçonnerie, à 4 mètres du sol. Ce mur paraît avoir une centaine d’années, ce qui donne à penser que la statue fut maçonnée là, en rapprochant les morceaux brisés, vers 1850.

Elle ne vient donc pas de l’ancienne église dont les statues sont restées en place jusque vers 1890 et ont disparu par la suite (St Laurent, Ste Apolline, St Jean Baptiste).

A peu près à coup sûr, elle vient de l’ancienne chapelle du prieuré, dans le jardin du presbytère, qui fut saccagée à la Révolution et détruite vers 1830. L’examen attentif des surfaces brisées de la statue porte à croire qu’en ce temps là, on a déjà tenté de recoller les bras et la tête avec du plâtre. Faute d’y réussir, la statue a pris le chemin des autres pierres provenant de la destruction de la chapelle et a servi à construire un bâtiment de service du presbytère.

Une autre hypothèse pourrait être avancée : à savoir qu’elle provienne de la chapelle du château, dans la ferme du même nom, qui a dû être vidée de ses statues au moment où la branche de la famille de Laval qui l’habitait est passée au Calvinisme et a fait construire un temple protestant. C’est cependant peu probable parce qu’on ne voit pas où serait allée la statue entre 1570 et 1850, date de sa mise en mur.

Une autre raison d’exclure l’hypothèse de la chapelle du château peut-être tirée des couches de badigeons qui se superposaient sur la statue : un ocre rouge ancien, un ocre vert, une couche épaisse de noir de fumée de cierge, un badigeon blanc du type courant au XVIIème avec ors au pinceau, une nouvelle couche de fumée grasse, un dernier badigeon vaguement beige sur la cotte et bleu sur le bliaut. L’esthétique n’avait rien à y gagner mais c’est la preuve d’un séjour prolongé dans un lieu de prière où elle fut l’objet d’un culte ininterrompu.

Elle peut être datée par son style et son costume de la fin du XIVème siècle.

Son existence à cette date à Olivet n’a rien qui doive surprendre. Le prieuré en effet, comme celui de Ste Catherine de Laval, a été fondé au XIIème siècle par les moines de la Réau en Poitou et les deux prieurés sont liés à tel point qu’ils ont eu à certaines époques des prieurs communs.

De plus il se trouve que la dévotion à Ste Catherine a reçu à la fin du XIVème siècle une impulsion nouvelle du fait de la translation de ses reliques de la Réau à Ste Catherine de Laval ; quelle meilleure occasion pour le prieuré d’Olivet d’avoir sa statue de Ste Catherine !

 
Les démarches en ligne

Bien qu'Olivet soit une petite commune, elle offre une large possibilité de réaliser des démarches administratives sur Internet.

Avec www.mon.service-public.fr, vous pouvez vous inscrire sur les listes électorales de la commune et faire le recensement citoyen obligatoire (entre 16 et 18 ans).

Avec www.service-public.fr, vous avez accès à de nombreux formulaires, notamment pour les autorisations d'urbanisme.

Enfin, www.acte-etat-civil.fr, faites vos demandes de copie ou extrait d'acte d'état-civil.

Statistiques
Membres : 25457
Contenu : 57
Liens internet : 15
Affiche le nombre de clics des articles : 165042
Qui est en ligne?
Nous avons 12 invités en ligne