Origine de la Commune PDF Imprimer Envoyer
LA COMMUNE - Histoire

L’origine d’Olivet remonterait à la fin du IXème siècle après la construction du château de Laval et viendrait du défrichement de la forêt de Concise. Vers la même époque, on construisit dans les marches de Bretagne un grand nombre de châteaux dont celui d’Olivet détruit par les Anglais en 1428.

L’origine du nom de notre commune n’a pas été déterminée d’une façon certaine.

Pour certains, Olivet vient de l’arbre, l’olivier qui poussait dans notre région alors plus chaude au Xème siècle.

Pour d’autres, ce nom viendrait d’un certain Olivier ou Ollivier qui commandait, pour les seigneurs de Laval, le château d’Olivet.

François de Laval, évêque de Dol, avait reçu de son père Guy XVI la châtellenie d’Olivet en 1547. Un de ses écus est encore visible au moulin de la chaussée de l’étang d’Olivet (devenu Gîte de séjour et d’étape). François de Laval, fils naturel de Guy XVI et d’Anne d’Epinay (en Champeaux) est évêque de Dol depuis 1528 et légitimé par lettres de François I en 1540.

Vers le XIIème siècle, un prieuré dépendant de l’abbaye de N.D de la Réale en Poitou fut établi à Olivet. Ce prieuré a subsisté jusqu’à la révolution et devient presbytère (de nos jours, c’est la mairie de la commune). Il fut desservi jusqu’à la fin du XIIIème siècle par un prieur et un religieux et ensuite par un prieur et un vicaire. Outre l’église paroissiale, Olivet possédait une chapelle priorale attenante à la cure et qui n’a été détruite qu’en 1862.

Le premier acte de l’état civil de la commune d’Olivet remonte au 29 janvier 1579.

Un poste de gabelle existait à la Boulaye en 1723.

Le cahier de doléances d’Olivet rédigé le premier mars 1789 nous montre qu’à l’époque, les chanoines réguliers de l’ordre de Sainte-Geneviève et ceux de Saint-Tugal possédaient les deux tiers de la commune.

Le premier maire d’Olivet est M Duzan-Lamotte en 1791.

La paroisse dépendait du district de Laval et du canton de Saint-Ouen-des-Toits en 1790, de la mission de Laval en 1797, érigé en succursale par décret du 5 Nivose an XIII, de l’archiprêtré de la Trinité de Laval et du doyenné de Loiron. Par décret du 02 novembre 1875, la circonscription de la paroisse a été conformée à celle de la commune telle qu’elle avait été fixée par la loi du 24 août 1874.

En 1791, M Leguays prieur-curé et ses vicaires Mrs Hervieu et Barré prêtèrent un serment restrictif. L’abbé Hervieu fut pris dans le presbytère d’Olivet après avoir exercé son culte clandestinement et fut fusillé à Tours le 31 mars 1798.

Il n’y eut pas de curé constitutionnel à Olivet et jusqu’en 1813, ce furent les prêtres du voisinage qui exercèrent.

En 1840, la paroisse fut sectionné en deux : Olivet et Port-Brillet.

Par le décret du 4 août 1874, Port-Brillet est érigé en commune distincte.

Avant 1874, la mairie était tantôt à Olivet, tantôt à Port-Brillet suivant que le maire habitait l’une ou l’autre des sections.

La mairie était située sur la place près de l’école et en face de l’ancienne église.

 
Les démarches en ligne

Bien qu'Olivet soit une petite commune, elle offre une large possibilité de réaliser des démarches administratives sur Internet.

Avec www.mon.service-public.fr, vous pouvez vous inscrire sur les listes électorales de la commune et faire le recensement citoyen obligatoire (entre 16 et 18 ans).

Avec www.service-public.fr, vous avez accès à de nombreux formulaires, notamment pour les autorisations d'urbanisme.

Enfin, www.acte-etat-civil.fr, faites vos demandes de copie ou extrait d'acte d'état-civil.

Statistiques
Membres : 25459
Contenu : 57
Liens internet : 15
Affiche le nombre de clics des articles : 165047
Qui est en ligne?
Nous avons 4 invités en ligne